Rachida Dati - Un mauvais blagueur condamné !

Réactualisation : L'internaute drômois de 39 ans‚ qui avait été interpellé et placé 48 heures en garde à vue pour avoir envoyé des mails graveleux à Rachida Dati‚ la sollicitant pour une "petite inflation"‚ vient d'écoper‚ vendredi‚ de 100 euros d'amende avec sursis. Une peine bien en-deçà des trois mois de prison avec sursis avec obligation de soins requis contre lui devant le tribunal correctionnel de Valence. L'homme était poursuivi pour "outrage à personne dépositaire de l'autorité publique". Il a déclaré à la barre : "C'était grivois‚ irrespectueux et pas très malin. Mais il y a eu un problème d'interprétation […] Je l'ai fait d'instinct pour m'amuser". Une très mauvaise blague‚ puisque devant les nombreux mails de cet homme‚ Rachida Dati s'était sentie menacée et avait donc porté plainte.

À lire aussi Omar Sharif‚ condamné pour agression et mauvais payeur ! Rachida Dati : Son mauvais blagueur risque désormais la prison Rachida Dati : Rebondissement pour son mauvais blagueur

Le 29 octobre : Vendredi matin‚ nous évoquions avec humour le cas d'un homme de 39 ans qui a envoyé un mail à Rachida Dati‚ sur sa messagerie du Parlement européen‚ la sollicitant pour une "petite inflation". Un mail que nous qualifiions de mauvaise blague et qui vaut aujourd'hui au suspect d'avoir été placé sous contrôle judicaire. Il comparaîtra le 3 décembre pour "outrage à personne dépositaire de l'autorité publique". Son avocat s'insurge des proportions prises par cette affaire.

Rachida Dati vient de poster un message sur son site officiel pour mettre les choses au clair concernant son dépôt de plainte. Elle rappelle avoir évoqué son malheureux lapsus - elle faisait une "fourchette de langue" avec les mots "inflation" et "fellation" sur le plateau de Dimanche+ - avec humour sur le plateau du Grand journalidem lors de son intervention sur NRJ avec Nikos Aliagas. Malheureusement‚ concernant ce monsieur‚ il ne s'agissait pas d'un mail isolé‚ mais d'une série de messages que la députée décrit comme "insistants".

À découvrir en vidéos Bertrand Chameroy ému pour son retour dans "TPMP"‚ lundi 20 mars 2017‚ C8 Voir la vidéo François Fillon invité du journal télévisé de 20h France 2‚ présenté par Laurent Delahousse‚ le 5 mars 2017.  Voir la vidéo Juliette Binoche évoque son Oscar. Emission "Salut les Terriens !" sur C8. Le 25 mars 2017.  Voir la vidéo Caroline Ithurbide a refusé une couverture de "Lui"‚ une révélation dans TPMP le 17 mars 2017.  Voir la vidéo Cyril Hanouna et Pamela Anderson - "Touche pas à mon poste"‚ jeudi 23 mars 2017‚ C8 Voir la vidéo Extrait de TPMP dans lequel Bernard de La Villardière fume un joint pour Dossier Tabou.  Voir la vidéo Geneviève Delpech sur le plateau de C'est au programme le 6 février 2017 Voir la vidéo Michel Drucker se dévoile dans "Vivement dimanche" [France 2] le 12 mars 2017.  Voir la vidéo Benjamin Castaldi se confie sur un geste déplacé de la part d'un de ses professeurs et passe un message fort dans "Touche pas à mon poste" sur C8. Le 16 mars 2017.  Voir la vidéo Emilie Picch répond aux accusations d'Aymeric Bonnery dans "Le Mad Mag"‚ le 22 mars 2017 sur NRJ12.  Voir la vidéo

Selon l'AFP‚ le suspect a subi une expertise psychiatrique qui a conclu qu'il était "sain" d'esprit. Le procureur a indiqué que le "dernier mail envoyé a dû inquiéter [madame Dati] un peu plus que les autres parce qu'il évoquait la possibilité d'une rencontre."

Voici‚ dans son intégralité‚ le communiqué de Rachida Dati :

Je tenais à faire une mise au point‚ suite aux différents articles de presse concernant le dépôt de plainte.

Vous avez été quelques-uns à me faire part de votre incompréhension. Je tenais donc à préciser les conditions dans lesquelles s'est fait ce dépôt de plainte.

Mon entourage mais aussi des journalistes m'ont parlé à plusieurs reprises de mon intervention sur Canal +‚ et vous l'aurez peut-être remarqué‚ je l'ai toujours pris sur le ton de l'humour.

La différence avec‚ non pas le courriel‚ mais les courriels que j'ai reçus de cette personne‚ c'est qu'au vu de leur nombre et de l'insistance des propos qu'ils contenaient‚ je ne pouvais plus considérer sa démarche comme une simple plaisanterie.

Je me suis sentie menacée. Au-delà d'être une élue‚ je suis une femme et une mère‚ et j'ai tout simplement eu peur pour ma sécurité et surtout celle de ma fille.

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.