Prince Harry nu en une du Sun - 15 ans après la mort de Diana, le pacte en péril

Après le body double‚ le vrai ! Le tabloïd britannique The Sun‚ roi des scandales outre-Manche‚ sans rival depuis la cessation d'activité de News of the World [également propriété du groupe de Rupert Murdoch]‚ a décidé de publier les photos du prince Harry nu et entouré de jeunes femmes nues lors d'une partie de strip-billard à Las Vegas‚ contre la volonté de la famille royale et malgré les contraintes resserrées qui s'appliquent aux médias suite au scandale des écoutes téléphoniques de News International.

À lire aussi The Originals : Mort d'Owiso Odera‚ sur scène‚ à 43 ans… Leonard Cohen : Le légendaire poète et musicien canadien est mort à 82 ans Robert Vaughn : Le dernier acteur des "Sept Mercenaires" est mort à 83 ans

La révélation mardi 21 août par le site américain TMZ.com de deux photos‚ de mauvaise qualité mais authentifiées - fait inédit dans l'histoire de la couronne - par Clarence House‚ montrant le prince Harry‚ 27 ans‚ dans le plus simple appareil vendredi 17 août dans une suite VIP du Wynn Hotel où il était descendu avec des amis‚ a fait les choux gras de la presse internationale. Et nombre de médias ne se sont pas privés de reproduire‚ avec ou sans autorisation‚ les clichés de cette scène de débauche.

Le prince Harry vu nu‚ ou comment une partie de strip-billard dans un palace de Vegas devient motif de guerre pour la liberté de la presse

Au Royaume-Uni en revanche‚ où la couverture médiatique liée à la famille royale est très strictement régie par un fair deal moral institué suite au décès tragique de Lady Di au terme d'une énième traque‚ et où la règlementation encadrant les activités de la presse a été drastiquement revue depuis l'enquête Leveson sur le scandale des écoutes‚ aucune image n'est parue - preuve que la situation a clairement évolué depuis le temps récent où la presse couvrait sans problème les frasques de Dirty Harry‚ comme les images de son déguisement en nazi en 2005. L'information‚ évidemment‚ a été traitée‚ mais avec beaucoup de réserve par la plupart des médias institutionnels‚ qui s'étaient abstenus de reproduire les photos sulfureuses suite à la demande expresse de Buckingham‚ pour qui il s'agit d'un événement de la vie privée - et non publique - d'un membre de la famille royale‚ et à une injonction de la Press Complaints Commission [PCC]‚ l'organe de contrôle de la presse britannique. Dans l'affaire‚ ce sont en fait les trois officiers de la Metropolitan Police assurant la sécurité du prince Harry lors de son séjour dans la Cité du Péché qui en ont pris le plus pour leur grade. Harry‚ lui‚ qui faisait la fierté du royaume quelques jours plus tôt en représentant sa grand-mère la souveraine lors de la cérémonie de clôture des JO‚ encourt les reproches de la famille royale et d'éventuelles représailles de la part de l'Armée‚ à quelques mois de son possible redéploiement en Afghanistan aux commandes d'un hélicoptère Apache.

Le Sun avait d'abord choisi de contourner l'interdiction de principe‚ en pastichant l'un des deux clichés [celui où Harry protège sa virilité et le peu de dignité qu'il lui reste au moyen de ses mains]‚ faisant poser l'un de ses journalistes‚ Harry Miller‚ dans la même situation. Mais désormais‚ il a choisi de braver le veto et de publier les photos dans son édition de vendredi‚ estimant dans un communiqué publié jeudi que ses lecteurs "ont été empêchés et ont le droit" de les voir. Impuissant‚ un porte-parole de la famille royale a déclaré : "Nous avons fait part de notre point de vue sur la protection de la vie privée du prince Harry. Les journaux se réglementent eux-mêmes‚ c'est pourquoi la publication des photos est du ressort ultime des éditeurs." Du côté du Sun‚ qui n'a jamais lésiné sur les scandales et les diffamations pour vendre du papier‚ on en fait une affaire de principe et on brandit la liberté de la presse‚ éreintée ces derniers temps outre-Manche : "Ce sont des raisons qui vont au-delà de cette simple histoire"‚ assure-t-on du côté de la direction du tabloïd en soulignant le paradoxe de l'exception britannique alors que les photos s'étalent partout dans le monde‚ y compris dans "des médias respectables". "Ces photos sont vues par des millions de gens sur Internet‚ mais le palais les interdit au Royaume-Uni"‚ avait justement résumé le Daily Mail‚ qui a publié de nombreuses photos des autres festivités du prince Harry lors de sa semaine à Las Vegas [notamment la Wet Republic Party au MGM Grand samedi et sa course à moitié habillé avec le nageur Ryan Lochte dans la piscine du XS Nightclub du Wynn Hotel dans la nuit de dimanche]‚ et également des photos de ses derniers moments aux Etats-Unis‚ à Los Angeles‚ avant de prendre l'avion du retour.

Sous l'épée de Damoclès de l'enquête Leveson‚ les journaux britanniques "terrifiés par leur ombre"

Avant l'audace du Sun‚ sur le sol britannique‚ seul le blog politique Guido Fawkes avait défié l'autorité et publié les photos‚ assénant que "cette situation illustre la menace sur la liberté de la presse en Grande-Bretagne. La vérité est que la peur fait se soumettre les médias traditionnels à cause de l'enquête Leveson." Enquête épineuse qui bouleverse le paysage médiatique britannique et dont le rapport doit être rendu en fin d'année. "Avant l'enquête Leveson‚ l'histoire aurait été dans tous les tabloïds"‚ affirme auprès de l'AFP Gary Horne‚ directeur des études en journalisme au London College of Communication. "L'un d'eux aurait acheté les photos et elles n'auraient pas été sur Internet‚ le Sun par exemple aurait publié sept ou huit pages de photos exclusives. Mais dans le climat actuel‚ la plupart de ces tabloïds craignent de fâcher tout ce qui a du pouvoir parmi les célébrités ou la famille royale […] et font tout pour ne pas contrarier Leveson pendant qu'il rédige son rapport"‚ analyse-t-il. "Les journaux sont terrifiés par leur ombre"‚ renchérit un ancien responsable de NotW‚ Neil Wallis.

La hardiesse du Sun‚ quotidien à fort tirage‚ risque bien de créer un précédent et de porter un coup rude au contrat moral qui régit les relations entre la famille royale et les médias. Victime de l'avidité de la presse‚ Lady Diana‚ dont on célébrera dans quelques jours le 15e anniversaire de la disparition‚ avait péri en 1997 dans une course-poursuite avec les médias. Un drame qui avait durablement glacé les rapports entre la Couronne et les organes de presse‚ avant que la situation s'adoucisse progressivement dans le cadre d'un fonctionnement concerté : pas d'intrusion médiatique dans la sphère privée des membres de la famille royale‚ en échange de quoi‚ celle-ci se met en scène de bon gré lors de divers évenements de sa vie‚ publique ou familiale.

Quinze ans après la mort de sa mère‚ le prince Harry est-il en train de défaire ce pacte ?

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.