L'Étrange Pouvoir de Norman - Plus fort que Pixar, L'Âge de glace et Madagascar

Le bruit de synthé hérité de John Carpenter est un avertissement placé en préambule de L'Étrange Pouvoir de Norman‚ la pépite d'animation des studios Laika‚ réalisée par Chris Butler et Sam Fell. Machine promotionnelle bien moins écrasante que ses concurrents‚ cette aventure drôlement fantastique et curieusement bordélique est certainement la meilleure surprise de l'année au rayon animation‚ pourtant débordant de nouveautés. Plus décalé que Madagascar 3 : Bons Baisers d'Europe‚ plus fou que L'Âge de glace 4 : La Dérive des continents et moins plat que Rebelle‚ le petit Norman cache beaucoup sous sa frimousse de bambin et son pitch édulcoré. À commencer par la promesse d'une animation pas comme les autres.

À lire aussi L'Etrange pouvoir de Norman : Les morts-vivants squattent les Jeux olympiques

Tout commence avec le petit Norman‚ un enfant anormal puisque paranormal‚ capable de communiquer avec les morts. Un don extraordinaire mais considérablement lourd à porter‚ sa famille et ses camarades étant persuadés qu'il est un brin perturbé. Mais lorsque son vieil oncle paranormal le retrouve‚ il découvre qu'une terrible malédiction s'apprête à chambouler sa petite ville tranquille‚ responsable il y a plusieurs siècles de la mort d'une sorcière. Et Norman est le seul à posséder la clé d'un mystère qui ramène à la vie une demi-douzaine de zombies‚ lesquels s'empressent de semer le chaos avant de provoquer la colère des habitants‚ bien décidés à ne pas se laisser dévorer.

Pas révolutionnaire dans l'absolu‚ cette histoire de morts-vivants est un vent de fraîcheur après une terne saison côté animation. Une impression confirmée par l'utilisation de la fabuleuse stop motion qui confère à L'Étrange Pouvoir de Norman une aura toute particulière. Célébrée dans L'Étrange Noël de monsieur Jack [1995] de Henry Selick‚ cette technique d'animation basée sur le mouvement d'objets filmés et déplacés pour créer le mouvement est une alternative au lissage du numérique - néanmoins utilisée pour peaufiner Norman qui est présenté en 3D. Au-delà de son atmosphère léchée et de ses couleurs extraordinaires‚ L'Étrange Pouvoir de Norman révèle pourtant quelques failles. Pas assez dense pour les adultes‚ trop sensationnel pour les bambins‚ l'aventure accuse quelques ralentissements dans son scénario‚ heureusement redynamisé par un retournement à mi-parcours.

Mais il est important de replacer le film dans son contexte pour lui donner quelques munitions indispensables à sa survie. Après Coraline [2009]‚ écrit et réalisé par Henry Selick‚ L'Étrange Pouvoir de Norman est seulement le deuxième essai des studios Laika‚ spécialisés dans la stop motion. Et c'est certainement cette position délicate qui empêche ParaNorman - le titre américain‚ nettement plus malin - d'aller au bout de ses idées.

Il est bon de rappeler qu'avant de toucher les sommets de l'animation avec Là-haut [2009] et quelques autres pépites‚ Pixar a du réaliser plusieurs films beaucoup moins fous‚ calibrés pour les enfants et obéissants à des schémas très classiques. En l'occurrence‚ Norman et ses acolytes n'échappent pas aux bons sentiments et au dénouement moralisateur‚ même si les scénaristes s'emploient à détourner les codes pour éviter les pires clichés. Et même si la dernière partie emprunte des sentiers battus‚ force est de constater que les réalisateurs déploient une hallucinante maestria visuelle pour combler les trous‚ offrant notamment une séquence hors du temps proprement incroyable‚ bercée par une musique bien plus épique que le film d'animation lambda. C'est par petites touches que Norman démontre son ingéniosité‚ et les plus attentifs ne pourront passer à côté.

En plus d'un spectacle indéniablement cool et décalé‚ L'Étrange Pouvoir de Norman doit être perçu comme les premiers pas remarquables d'un studio en marge du système. Et pendant que les studios pompent tout l'oxygène de l'industrie de l'animation‚ Norman déploie un feu d'artifice coloré mais jamais décérébré pour se frayer un chemin jusqu'au public. Et la clé du futur du studio Laika est vraisemblablement entre les mains des spectateurs.

L'Étrange Pouvoir de Norman‚ en salles le 22 août.

Geoffrey Crété

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.