Jérôme Commandeur n'est vraiment pas discret... Dany Boon en sait quelque chose !!!

"Un quart d'heure de Julio et vous êtes toujours là ?" Ouf‚ Jérôme Commandeur [que vous avez sans doute repéré dans son rôle d'inspecteur du travail de Bienvenue chez les Ch'tis] vient de faire son entrée‚ tonique et sympathique‚ sur la scène du Petit Palais des Glaces. Ouf‚ il met fin au scepticisme‚ aux interrogations‚ à la torture. Ouf‚ on comprend que c'était un test : un quart d'heure à attendre sur le feutre rouge des gradins qui cernent l'estrade‚ avec les standards surannés de Julio Iglesias‚ lumière tamisée‚ boule à facettes… Ouf‚ c'est le mot : ce mec est ouf !

Jérôme Commandeur se fait discret‚ le produit correspond-il à l'emballage ? Le titre de ce one-man show est en trompe-l'oeil : discret en notoriété‚ exubérant par le talent. Effet de surprise garanti‚ public déjà conquis : tout le monde‚ dans l'assistance composée de nombreux couples de jeunes‚ mais aussi de moins jeunes‚ ainsi que de quelques brochettes de potes en goguette‚ le remercie tacitement d'avoir mis fin à ce préambule… surprenant. Jérôme Commandeur‚ chemise noire et pantalon à pli‚ savoure une première ovation qui ne lui a même pas laissé le temps d'en placer une. Il ne boude pas son plaisir‚ un brin surpris‚ avant de se livrer sur le ton du copinage‚ 100% naturel‚ à son public du soir.

À lire aussi Gaspard Ulliel : "La paternité vous ramène à quelque chose de très concret" Mel C règle ses comptes avec les Spice Girls : "Quelque chose clochait…" Isabelle Adjani et son fils en thérapie : "Il sait mettre les choses à distance"

Une entrée en matière touchante et courageuse‚ assez casse-gueule‚ il faut le dire — mais c'est gagnant. Après une salve de remerciements en préambule‚ il dévoile la galerie des personnages qui vont peupler nos éclats de rire pendant l'heure à venir : Gisèle Lapin [anciennement Lapine]‚ secrétaire générale au Conseil Général de l'Essonne avec tout l'attirail de la fonction publique puissance 10 ; son improbable frangin Claude Panini‚ le gueulard du sud ; Bibi le routier‚ une caricature pas forcément innovante mais si bien tenue qu'elle vaut le détour ; Pénélope‚ l'Espagnole à l'accent exubérant‚ qui devait être un canon et se révèle être… un canon à neige neurasthénique ; Jean-Sébastien‚ le mec gonflant qui ne sait parler qu'en chantonnant [sans doute un cousin du blond de Gad Elmaleh] ; une mère catho abonnée à Psychologie Magazine‚ maman du jeune Jean-Jésus‚ un tout petit peu agaçante‚ … Et au milieu de ce ballet pittoresque se promène un sosie délicieusement naturaliste de Jérôme Commandeur qui se met en scène pour mieux montrer le ridicule des travers humains.

Vous l'aurez compris‚ tout le monde en prend pour son grade‚ ça fait mouche tous azimuts. Y compris en termes de registre d'humour‚ ce jeune gaillard débonnaire au jeu d'acteur léché et habité fait feu de tout bois : sa gamme s'étend du jeu de mots le plus subtil à la réplique la plus graveleuse‚ en passant par les calembours [vous savez‚ l'humour dit "lourd" mais qui fait marrer tout le monde]. Un petit florilège ? D'accord : "tu es très belle‚ tu ressembles à Roselyne Bachelot" ; "si t'as de la moustache‚ Jacqueline : ça fait cinq ans qu'on t'appelle Magnum‚ c'est pas à cause de la Ferrari" ; Poopy‚ le berger des Pyrénées‚ "une tuerie - demande au facteur" ; l'osthéo est un "pervers légal" et une puéricultrice… bosse chez Mousseline. Evoquant un sandwich tiède de chez McDo‚ l'humoriste n'en revient toujours pas : "là‚ l'employé me dit un truc que j'avais jamais entendu dans l'hôtellerie : ‘Va niquer ta race'".  Parfois‚ le spectacle prend même un tour desprogien : "J'ai rien contre la Bretagne‚ mon mari est alcoolique" !

Au final‚ un humour viril‚ potache et varié qui séduit universellement‚ valorisé par une expression corporelle d'excellente facture‚ le tout mis en scène par… Dany Boon — un label qui a fait ses preuves. Ce dernier ne tarit pas d'éloges sur celui avec qui il entretient "un échange très constructif" : "mon rôle‚ c'est de passer le flambeau. Jérôme est un enfant du music-hall‚ vif‚ généreux‚ inventif et drôle. […] J'adore l'idée d'avancer avec tout ce qu'il crée‚ de voir l'évolution et le résultat sur le public‚ c'est jubilatoire". Au passage‚ le caustique Commandeur se paye le luxe d'assimiler le Ch'ti en chef et son régisseur à du menu "personnel d'encadrement". En bref‚ une vraie performance de café-théâtre de la part d'un excellent comédien qui n'a peur ni de se mouiller‚ ni de mouiller sa chemise. Même "la crise"‚ qui s'invite de façon désopilante [forcément quand on n'arrive pas à prononcer "subprimes"]‚ ne sapera pas ce vrai moment de bonne humeur et de générosité‚ ponctué par un nouveau bouquet effusif de remerciements chaleureux : "ça me touche beaucoup ; c'est con mais c'est super cool‚ et je voulais vous le dire".

Jérôme Commandeur se fait discret‚ au Petit Palais des Glaces‚ et il ne passe pas inaperçu. Vous savez ce qu'il vous reste à faire. Ce n'est pas un commandement‚ c'est un vrai bon plan‚ pour un vrai bon moment.

Guillaume Joffroy

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.