Emmanuel Petit - Confessions sans concessions d'un ''donneur de leçons''

Dans le Landerneau des commentaires sportifs‚ Emmanuel Petit fait figure de vilain petit canard. A l'instar de son ancien coéquipier de France 98 Christophe Dugarry‚ l'ex-milieu de terrain officie désormais en tant que consultant dans la petite lucarne. Bien loin des commentaires lisses que nous livrent parfois les analystes des autres chaînes‚ Emmanuel Petit ose la critique acerbe et les petites phrases assassines.

À lire aussi Thierry Roland : Argent‚ ''putes'' et politique‚ confessions sans concessions ! Nicolas Anelka : Acides et acerbes‚ ses confessions sans concession Gérard Depardieu‚ ses confessions sans concessions : 'La France est triste'

Une posture qui peut parfois déranger. Mais le champion du monde 98 et d'Europe 2002 confie à L'Express : "Quand je me lève le matin‚ je me sens investi d'une mission qui dépasse le football. C'est con‚ mais c'est plus fort que moi… […] Moi‚ je dis juste ce que je pense dans un monde où règne trop souvent la langue de bois."

Justement‚ il en pense quoi‚ Emmanuel Petit‚ de la sortie des joueurs françaisSamir Nasri en tête‚ lors de l'Euro 2012 ? "Quelques arrogants ont balayé deux années de travail et le bon comportement d'une majorité silencieuse‚ juge-t-il. C'est triste." Un regard sans concessions porté sur l'actuelle génération‚ pervertie selon lui par l'argent et au comportement bien différent de la sienne : "Je voulais devenir célèbre et gagner de l'argent‚ bien sûr‚ mais je voulais aussi partager des émotions avec les Français‚ communier avec eux. A l'époque‚ la réussite financière était fondée sur la méritocratie. J'ai commencé avec un salaire de 8 000 euros par mois‚ j'ai fini avec 400 000 euros‚ droits d'image compris. […] Aujourd'hui‚ dès qu'un jeune aligne quatre bons matche‚ on déchire son contrat et on met en jeu des sommes colossales. C'est n'importe quoi !"

Pourtant‚ la génération de celui qui restera à jamais "l'homme du troisième but" - "Je préfère marquer les esprits de belle manière plutôt que dans un bus à Knysna…" - n'est pas exempte de tout reproche. Tout le monde se souvient ainsi du coup de boule de Zidane en 2006‚ du crachat de Fabien Barthez ou de la pitoyable élimination de la Coupe du monde 2002 disputée en Corée du Sud et au Japon. Mais Emmanuel Petit fait amende honorable et reconnaît volontiers ses torts et ceux de ses coéquipiers : "On s'est comportés comme des divas‚ c'était le Festival de Cannes en Corée du Sud…"

Laurent Blanc en prend également pour son grade. Et comme à son habitude‚ les mots ne sont pas tendres sur le rôle du désormais ex-sélectionneur quant au relatif échec de l'Euro 2012… "Laurent Blanc a fait de bonnes choses‚ mais au niveau de la gestion des hommes‚ il a failli‚ analyse-t-il. On lui a déroulé le tapis rouge‚ et j'ai l'impression qu'il est venu un peu en opportuniste. […] Pour moi‚ Blanc ne s'est pas comporté en patron."

Didier Deschamps nouveau sélectionneur ? "Didier a fait ses preuves. Le métier d'entraîneur est dans son ADN. Cela dit‚ j'estime qu'il aurait été préférable de marquer une coupure avec la génération 98‚ à laquelle on demande trop souvent de jouer les sauveurs"‚ explique celui qui officie désormais sur France Télévisions. Quant à l'option Zidane‚ elle pourrait être la bonne‚ "mais dans quelques années". Car si l'homme "sait se faire respecter dans un vestiaire"‚ Emmanuel Petit a néanmoins "quelques doutes sur ses qualités de management…"

A force de donner son avis‚ à sa façon et sans langue de bois‚ l'ancien footeux de 41 ans s'est forgé une réputation de donneur de leçons : "J'ai entendu ce reproche‚ mais mieux vaut un donneur de leçons qui sait de quoi il parle plutôt qu'un expert incompétent‚ non ?"

Un entretien à retrouver dans son intégralité dans "L'Express"‚ aujourd'hui en kiosques

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.