Cannes 2013 - Marion Cotillard, divine ''Immigrant'' qui illumine le Festival

Marion Cotillard a brillé au bras de son compagnon Guillaume Canet‚ père de son enfant Marcel‚ 2 ans‚ pour la présentation de sa réalisation Blood Ties‚ hors compétition au Festival de Cannes 2013. La star française chérie à Hollywood revient sur la Croisette pour défendre cette fois un long-métrage en lice pour la Palme d'or : The Immigrant de James Gray. Lors du photocall de ce film le 24 mai‚ l'actrice et précieuse "Lady" Dior porte une robe blanche Alexander McQueen et des souliers Louboutin. Gênée par la lumière‚ la belle Marion se fait prêter des lunettes de soleil pour affronter les innombrables flashs.

A ses côtés‚ son partenaire‚ héros de Démineurs et The TownJeremy Renner et le réalisateur James Gray‚ qui la considère comme la meilleure actrice avec laquelle il a tourné. Comme annoncé‚ pas de signe de Joaquin Phoenix‚ pourtant très lié au réalisateur qui l'a dirigé dans Two Lovers We Own the Night et The Yards‚ tous présentés au Festival. Officiellement pris par un tournage‚ l'acteur nommé aux Oscars [The Master] laisse planer beaucoup d'interrogations en raison de son étrange absence. 

Dans The Immigrant‚ Marion Cotillard joue Ewa‚ une Polonaise des années 1920 quittant avec sa soeur Magda son pays pour New York‚ la terre promise. Arrivées à Ellis Island‚ Magda‚ atteinte de tuberculose‚ est placée en quarantaine. Ewa‚ seule et désemparée‚ tombe dans les filets de Bruno‚ un souteneur sans scrupules. Pour sauver sa soeur‚ elle est prête à tous les sacrifices et se livre‚ résignée‚ à la prostitution. L'arrivée d'Orlando‚ illusionniste et cousin de Bruno‚ lui redonne confiance et l'espoir de jours meilleurs. Mais c'est sans compter sur la jalousie de Bruno…

Les racines‚ la filiation et New York sont inscrits dans ce nouveau long-métrage de James Gray. Le décor de la symbolique Ellis Island est dépeint par la caméra du cinéaste‚ entre pluie et obscurité‚ bonnes âmes et truands. Le choix de cette métropole dans la carrière de ce réalisateur n'est pas fortuit : "Ce film est profondément lié à mon histoire familiale. Ce qui ne signifie pas qu'il soit autobiographique. Par 'personnel'‚ j'entends qui parle d'émotions et de problématiques qui me sont proches‚ que je comprends profondément et que je peux exprimer‚ alors qu'autobiographique supposerait une fidélité aux événements de ma vie. Mes grands-parents sont arrivés aux Etats-Unis de Russie – ou d'Ukraine‚ selon l'époque dont on parle. Ils venaient d'Ostropol‚ une ville proche de Kiev. Les parents de ma grand-mère ont été assassinés par l'armée russe blanche pendant la guerre civile‚ lors d'un pogrom. Et en 1923‚ mon grand-père et ma grand-mère sont arrivés aux Etats-Unis en passant par Ellis Island."

Avec ce film‚ Marion Cotillard est de nouveau bien placée pour un prix d'interprétation‚ mais rien n'est gagné. Car louée pour sa performance dans De rouille et d'os de Jacques Audiard présenté l'an dernier‚ elle était rentrée bredouille. La presse s'accorde aujourd'hui pour dire que l'actrice a fait une prestation remarquable dans The Immigrant‚ jetant aux oubliettes sa prestation moquée dans The Dark Knight Rises

"The Immigrant"‚ en salles le 27 novembre

À lire aussi Bernard-Henri Lévy va montrer "sa guerre" au Festival de Cannes 2016 Hatem Ben Arfa : En charmante compagnie au Festival de Cannes Petra Nemcova : Une jolie chute sur le tapis rouge du Festival de Cannes !

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.