Olympia Le-Tan et son hommage à l'Italie

Jeudi dernier‚ au Musée Bellini sur les bords de l'Arno‚ Olympia Le-Tan était l'invitée du Pitti Imagine section Femme.  La jeune parisienne a répondu à l'attente d'une presse de plus en plus avide de ses minaudières‚ petits sacs prenant la forme de ses livres préférés. La grande bibliothèque d'Olympia s'était pour l'occasion arrêtée au rayon culture italienne proposant pour un panel de 36 sacs incrustés de feutre recyclant d'anciennes couvertures d'oeuvres de Pirandello‚ par exemple‚ mais aussi des clins d'oeil au cinéma italien comme cette minaudière "Dolce Vita". Question cinéma‚ les photographies de Max Farago paradaient elles aussi entre les antiquités de cette maison vieille de onze générations d'antiquaires. Sous l'égide d'Olympia Le-Tan ‚ la tribu parisienne de ses amis s'était prétée au jeu de la vraisemblance reproduisant des scènes de films italiens ou d'icônes transalpines. Vincent Darré posait à l'identique d'un Pasolini presque confondant‚ Victoire de Castellane posait en religieuse de la Dolce Vita et Natasha Fraser-Cavassoni ressemblait à s'y méprendre à l'héroïne tragique de "Senso"‚ le film de Luchino Visconti…De Paris à Florence‚ l'imaginaire d'Olympia Le-Tan avait migré avec toute l'innocence d'une vision presque enfantine quoique ludique‚ celui d'un style dont les personnalités raffolent dernièrement comme Tilda Swinton ou Louise Bourgoin ‚ etc. Un joli exil.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.