Jake Gyllenhaal - antihéros impressionnant dans Night Call

Jake Gyllenhaal n'est pas qu'un des célibataires les plus convoités d'Hollywood. C'est surtout un acteur impressionnant‚ prêt à tout pour donner l'épaisseur nécessaire à un personnage. C'est exactement la performance qu'il réussit dans "Night Call"‚ un rôle dont la profondeur et la complexité n'ont pas été assez remarquées et dans lequel la performance de Jake Gyllenhaal n'a clairement pas été assez soulignée.

Le héros du film‚ Lou‚ est un petit escroc prêt à tout pour s'en sortir. D'échec en échec‚ il vivote. Jusqu'au jour où il tombe sur un accident de la route. Quand il voit des caméramen débouler de toutes parts pour filmer le chaos‚ c'est la révélation. Elève studieux‚ Lou apprend vite et profite à fond du rêve américain pour suivre son modèle de réussite.

Au départ‚ il reste branché sur les fréquences radios de la police et parcourt Los Angeles la nuit à la recherche d'images choc qu'il vend à prix d'or aux chaînes de TV locales. Mais la course au spectaculaire n'aura aucune limite… Sachant que Lou‚ personnage borderline n'en a pas‚ ou comme le dit Jake Gyllenhaal dans l'interview ci-dessous : "il est sur le fil du rasoir d'un point de vue moral". Car sous ses airs de gendre idéal‚ c'est la folie qui couve et que l'on voit régulièrement surgir dans ses yeux. Le résultat est flippant : "il adapte la fiction en réalité et ne fait plus la différence entre les deux".

A ce titre‚ la performance de Jake Gyllenhaal a peut-être été injustement sous-estimée. Dans ce long métrage‚ il pourrait être votre voisin de palier‚ vous savez‚ celui qui vous file la chair de poule quand vous le croisez. Ce mister nobody se révèle en effet assoiffé de gloire et de réussite au point de ne plus avoir de limites et de voir ses tendances sociopathes le déborder complètement. Le plus hallucinant‚ ce sont ses yeux dans lesquels se reflète la folie de son âme. Antihéros par excellence‚ Lou va se révéler doué pour saisir les chances que l'on veut bien lui offrir‚ et si cela ne suffit pas‚ il va se les créer lui-même‚ mettant en scène sa propre réalité. On peut d'ailleurs légitimement penser que‚ quoi qu'on en dise‚ ce rôle comptera dans la carrière de l'acteur même s'il n'a peut-être pas assez été remarqué à la sortie du film. Noir‚ mélancolique‚ parfois absent même s'il est totalement imprégné de sa mission‚ l'ambiguïté de Lou/Jake Gyllenhaal donne au film tout son sel et plus que l'histoire parfois‚ ce sont ses actes et ses réactions qui guident le tempo d'un long métrage étouffant et dérangeant.

Et la chance de Lou va lui être donnée par l'incroyable voyeurisme des téléspectateurs américains et l'implacable soif de sang des médias. Sous nos yeux‚ on assiste à la déchéance d'un système qui s'enfonce toujours un peu plus dans l'horreur et le sordide pour consolider ses scores d'audience. On en ressort mal à l'aise d'autant que l'atmosphère et la lumière - qui ne sont pas sans laisser penser à ce que peux faire Michael Mann - installe une ambiance oppressante et cynique qui laisse un goût amer dans la bouche. Polar urbain‚ mais aussi critique évidente d'une société en déliquescence‚ "Night Call" est une véritable réussite qui n'a peut-être pas eu le succès qu'il mérite. Heureusement‚ il reste le DVD pour se rattraper…

"Night Call" en DVD le 7 avril 2015.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.