Chanel Paris Bombay, le défilé

Une escale à Bombay pour Karl Lagerfeld qui après avoir fantasmé Moscou‚ Shanghaï et Byzance‚ confirme sa fascination pour l'Orient‚ et une collection toute particulière‚ dévoilée quelques jours après le décès du brodeur François Lesage‚ dont la Maison avait été rachetée par Chanel.

Sept ateliers parisiens ont rejoint le groupe en 1997 [Lesage pour les broderies‚ Desrues pour l'orfèvrerie‚ Lemarié qui s'occupe du travail des plumes‚ Maison Michel des accessoires de cheveux‚ le chausseur Massaro‚ le joaillier Goossens et Guille pour le travail des fleurs]‚ ils seront désormais huit puisque Chanel vient de racheter l'atelier de broderie Montex.

Un défilé organisé à la Galerie Courbe du Grand Palais‚ transformée pour l'occasion en palais indien. Lustres suspendus‚ chandeliers‚ tables richement garnies de desserts‚ de thés et d'encens‚ Karl Lagerfeld a réussi à recréer les fastes des dîners princiers‚ se refusant à "se laisser aller à la morosité générale".

Une collection "anti-morosité" donc‚ où le tweed de la maison‚ brodé de fil d'or‚ s'ornait d'une multitudes de rangées de perles‚ ceintures et colliers en trompe l'oeil‚ où les manteaux incrustés de facettes brillent de mille feux‚ où les saris‚ turbans et dhotî deviennent l'uniforme de la parisienne bourgeoise bohème et où les bijoux‚ lourdement accumulés‚ témoignent de la richesse du savoir-faire des artisans.

Reflets moirés‚ motifs cachemire Paisley‚ mousselines transparentes‚ les Indiennes racées de Karl Lagerfeld étaient dignes de princesses des mile et une nuits‚ parures de cheveux signées maison Michel pour couronnes.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.