Michel Boujenah - Aux anges avec sa femme, papa "aimant et casse-couille"

L'enthousiasme de Michel Boujenah vis-à-vis de la vie et de son métier est palpable dans l'interview qu'il a accordée au magazine VSD. Comédien et metteur en scène‚ le président du Festival de Ramatuelle est fier de jouer son nouveau spectacle Ma vie encore plus rêvée à la Gaîté-Montparnasse. Son existence‚ il en parle avec sincérité et tendresse‚ évoquant sa famille comme son amour pour la scène et son expérience du cinéma.

À lire aussi Olivier Giroud bientôt papa pour la 3e fois‚ Zinédine Zidane avec sa femme Eddie Redmayne bientôt papa pour la 2e fois : Sa femme est à nouveau enceinte ! Andy Murray papa : Sa femme Kim a donné naissance à leur deuxième enfant

Michel Boujenah assume son côté "bobo". Indiquant qu'il paie ses impôts en France sans chercher à en payer moins‚ il explique qu'il profite de ce qu'il gagne‚ bien que son travail ne lui rapporte pas des millions. Son bonheur‚ ce n'est pas l'argent de toute façon‚ c'est sa famille. À commencer par sa femme Isabelle‚ coiffeuse qui tient un salon derrière L'Olympia : "Avant‚ elle travaillait dans le cinéma. Mais Isabelle est très discrète. Elle a beaucoup de talent et continue à coiffer beaucoup d'acteurs‚ d'actrices et de mannequins."

Il consacre beaucoup de son temps à leurs deux enfants‚ Joseph [19 ans] et Louise [17 ans et demi] : "Si l'un d'eux ne va pas bien‚ je ne vais pas bien. Mon thermomètre‚ c'est eux. Quand mon fils a eu son bac cet été‚ ce fut plus beau que lorsque j'ai eu le mien." Il se décrit comme un père "aimant et casse-couilles" : "Avec mes enfants‚ j'ai beaucoup de moments de complicité durant lesquels on parle de leur avenir. Mon fils veut travailler dans le cinéma. Ma fille‚ dans le design. Elle adorerait faire des vitrines de magasins."

Professionnellement‚ c'est sur scène que Michel Boujenah s'épanouit. Sur les planches‚ contrairement au cinéma‚ il ne dépend de personne‚ mais celui qui a tenu le rôle inoubliable et césarisé dans Trois hommes et un couffin adore le septième art. Un rôle qui aurait dû être tenu par Daniel Auteuil‚ lequel avait préféré se lancer dans l'aventure d'Ugolin dans Manon des sources. En tant que réalisateur‚ il est aussi heureux‚ sous contrat avec la Gaumont : "Et même si mon dernier film‚ Le Coeur en braille‚ n'a pas très bien marché‚ à la Gaumont‚ ils sont contents de mon travail."

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans le magazine VSD du 2 novembre

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.