Julianna Margulies accuse Steven Seagal et Harvey Weinstein d'harcèlement sexuel

Connue du grand public pour ses rôles dans les séries Urgences et The Good WifeJulianna Margulies a ajouté sa voix à celles des nombreuses autres femmes ayant été victimes des agissements de prédateurs sexuels à Hollywood‚ révélant avoir été approchée de façon très inappropriée par le passé.

À lire aussi Robert Knepper [Prison Break] accusé d'agression sexuelle‚ le terrifiant récit George Takei [Star Trek]‚ 80 ans‚ accusé d'avoir agressé sexuellement un top Sylvester Stallone accusé d'agression sexuelle sur mineure : Il répond…

Interviewée samedi 4 novembre 2017 au micro de la radio SiriusXM‚ l'actrice de 51 ans a ainsi révélé qu'elle avait été attirée dans la chambre d'hôtel de Steven Seagal [Piège en haute mer]‚ devenant la première femme à accuser l'acteur et réalisateur de 65 ans. "Lorsque j'avais 23 ans‚ une directrice de casting‚ une femme‚ m'a dit : 'Steven Seagal veut lire une scène avec vous dans la chambre de son hôtel à 22 heures.' Je suis allée au rendez-vous à 22h40 et elle n'était pas présente. Il était là. Seul. Et il s'est assuré que je voie bien son pistolet‚ ce que je n'avais jamais vu en vrai. Je suis sortie de là indemne… Je n'ai jamais été violée. Et je n'ai jamais été blessée. Je ne sais pas comment j'ai fait pour sortir de cette chambre d'hôtel. J'ai en quelque sorte hurlé jusqu'à la sortie"‚ a-t-elle expliqué.

Lancée‚ Julianna Margulies a également évoqué son expérience avec Harvey Weinstein‚ très similaire à celle de plusieurs victimes. En 1996‚ alors qu'était tournée la troisième saison d'Urgences‚ le producteur avait effectivement donné rendez-vous à l'actrice dans sa chambre d'hôtel. Sentant le danger après l'épisode impliquant Steven Seagal‚ Julianna Margulies avait accepté de s'y rendre à condition qu'une assistante l'accompagne. "Il a ouvert la porte dans une robe de chambre. Je pouvais voir qu'il y avait des chandelles qui éclairaient la pièce‚ et il y avait un dîner pour deux. Et je l'ai vu foudroyer du regard [l'assistante] … Il m'a regardée‚ furieux… Et il a claqué la porte. Bien évidemment‚ je n'ai pas décroché le rôle"‚ a-t-elle conclu.

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.