Inès de la Fressange s'attire les foudres de ses voisins dans son petit paradis

Une demeure qui pose problème. Inès de la Fressange parviendra-t-elle à poursuivre l'agrandissement de sa résidence secondaire au pays de Tartarin ? Rien n'est moins sûr. Le Canard enchaîné‚ en kiosques mercredi 3 juin‚ est allé sur place mener l'enquête.

Cette Montagnette‚ surplombée de pins et autres oliviers‚ il faut la grimper en 4x4. En contrebas‚ on découvre alors une "grosse baraque‚ ses terrasses‚ ses pelouses vertes avec arrosage automatique et sa 'discrète' piscine de 18 m de longueur"‚ peut-on lire dans le Canard. Bienvenue chez Inès de la Fressange ! Une superbe demeure que l'ancien mannequin s'est offerte en 2004‚ pour 740 000 euros.

Une belle villa de 280 m²



En 2004‚ ce n'était qu'un vieux mas‚ situé sur cette Montagnette de Tarascon. Une zone ultraprotégée et inscrite à l'inventaire des Monuments historiques depuis plus de quarante ans. Elle a décidé de l'agrandir et de la rénover. Depuis‚ son "cabanon" est devenu une belle villa de 280 m². Autour‚ des chemins privés qui la relient au bassin ou encore une maison pour le gardien‚ de 90 m². Si les villageois‚ pas vraiment ravis‚ s'étaient tus‚ cette fois‚ les choses ne sont plus si simples.

Une absence de permis de construire qui fait jaser



La compagne de Denis Olivennes‚ le patron des médias de Lagardère – qu'elle a rencontré à Méribel –‚ et maman de Nine et Violette [nées en 1994 et 1999] souhaite depuis quelques mois agrandir encore sa maison en y ajoutant une extension en béton de 100 m². Mais des écolos d'une association locale de défense de l'environnement rural‚ l'Ader‚ semblent en avoir décidé autrement. Après un tour sur le chantier‚ ils ont alors découvert que les travaux étaient très avancés mais qu'il n'y avait pas la moindre trace de permis de construire déposé à la mairie de Tarascon. Après une visite des services de l'urbanisme‚ le maire a écrit à la propriétaire qui n'aurait pas répondu. Depuis le 21 mai‚ le procureur de Tarascon étudie la plainte de l'Ader.

Sur place‚ Le Canard a pu admirer le long bâtiment‚ pratiquement achevé. Au Palmipède‚ Inès aurait déclaré qu'il ne s'agissait là que d'une rénovation du local à piscine qu'elle refait parce qu'il était mal fait… Ce qui expliquerait son oubli de demander un permis de construire. Cela suffira-t-il ? Pourra-t-elle oublier cette histoire en faisant tranquillement quelques longueurs ? À suivre…

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.