"Hollyweed" - L'auteur du canular s'est rendu à la police et révèle son identité

C'est ce qu'on appelle un buzz réussi. Le 1er janvier‚ les habitants de Los Angeles puis le monde entier ont découvert que le célèbre panneau "Hollywood" installé sur les collines de la Cité des Anges avait été vandalisé. Les deux O de l'inscription avaient été remplacés par deux E‚ formant ainsi le mot "Hollyweed". L'expression weed signifiant "herbe" en anglais‚ les observateurs ont pensé que ce canular avait été organisé afin de fêter la légalisation en Californie du cannabis à usage récréatif.

On apprend aujourd'hui que l'auteur de cette farce saluée aux quatre coins du monde – mais un peu moins par la police locale – s'est rendu. Accompagné d'un avocat‚ Zachary Cole Fernandez‚ jeune artiste de 30 ans‚ s'est rendu le 9 janvier au Los Angeles Police Department d'Hollywood où il a été arrêté pour un délit d'infraction mineure selon le Los Angeles Times. Il en est ressorti deux heures plus tard après avoir payé une caution de 1000 dollars et a d'ores et déjà rendez-vous avec le juge de la Los Angeles Superior Court le 15 février prochain.

La police a tenu à préciser que le jeune homme n'avait causé aucun dommage aux lettres d'origine En effet‚ pour remplacer les deux lettres‚ l'artiste a partiellement recouvert les O par des draps noirs frappés du signe Peace and Love ["paix et amour"] et d'un coeur et il a ajouté des draps blancs afin de faire apparaître des E.

Quelques jours avant cette arrestation sans violence‚ le site américain de Vice publiait une interview des deux auteurs présumés‚ interrogés sous les noms de Zach Fernandez et Sarah Fern. Le premier parlait à la première personne pour évoquer son détournement‚ affirmant avoir été inspiré par Danny Finegood‚ cet étudiant en art à la Cal State Northridge qui avait déjà transformé le signe en Hollyweed en 1976.

Le duo affirmait également avoir utilisé du tissu et des serre-joints pour parvenir‚ en deux heures‚ à ce résultat [selon Zach qui était bien le seul en action]. Pacifiste et amuseur dans l'âme‚ le jeune artiste incriminé dit également être pro-marijuana. On s'en doutait un peu.

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.